lundi 23 mars 2009

Pour en finir avec la belle Salomé

Bah oui, elle est morte !
Mais pas dans ma tête, elle est bien là, bien vivante, bien enivrante...

Voici donc LE passage succédant à la danse, Des Esseintes y décrivant L'apparition de Gustave Moreau, juste après le meurtre.


[...] Elle est presque nue ; dans l'ardeur de la danse, les voiles se sont défaits, les brocards ont croulé ; elle n'est plus vêtue que de matières orfévries et de minéraux lucides ; un gorgerin lui serre de même qu'un corset la taille, et , ainsi qu'une agrafe superbe, un merveilleux joyau darde des éclairs dans la rainure de ses deux seins ; plus bas, aux hanches, une ceinture l'entoure, cache le haut de ses cuisses que bat une gigantesque pendeloque où coule une rivière d'escarboucles et d'émeraudes ; enfin, sur le corps resté nu, entre le gorgerin et la ceinture, le ventre bombe, creusé d'un nombril dont le trou semble un cachet gravé d'onyx, aux tons laiteux, aux teintes de rose d'ongle. [...]

Oh, les passages précédant et succédant à cet extrait mériteraient aussi qu'on les cite, mais ils sont un peu longs pour mon petit blog... le chapitre 5 est un vrai bijou si je peux me permettre !

A Rebours, chapitre 5, p. 147, troisième paragraphe.

1 commentaire:

Vincent a dit…

Bravo !!!
Voir photrom.fr et romtop.blogspot.com
laisser un commentaire