jeudi 10 juillet 2008

The Strawberry Fairy de Cicely Mary Barker.

Eh, me revoilà avec mes fées !

Petite déjà, je rêvais devant les livres illustrés de ma maman, qu'elle avait reçu en prix ... à 7 et à 8 ans.
Ils étaient grands comme moi !
Je les ai perdus de vue quelques années, mais jamais oubliés.

J'ai cherché longtemps une image qui aurait être pu tirée de ces livres et voilà que je trouve ces petits personnages de Cicely Mary Barker...

Mais qu'est ce qui peut bien me toucher là dedans ?

Ce joli minois joufflu?
Ces pommettes rosées et ce teint diaphane? Les mains potelées?
Cet air innocent mais qui laisse imaginer de sacrées bêtises?

C'est ça, ce qui me plaît, c'est d'imaginer, rêver... flâner, traîner.

Depuis le temps que je pense à ces petites choses des sous-bois, voilà enfin les images de mon enfance:
Car c'est au cours d'une discussion qu'ils ont réapparu, chez la mamie.
C'est assez surprenant de voir le décalage des graphismes:



J'étais persuadée d'avoir vu les mêmes personnages...

J'avoue avoir été un peu déçue en relisant ces deux ouvrages. Ils ne ressemblent plus à l'idée que j'avais gardée d'eux.

3 commentaires:

brigitte a dit…

Je n'ai pas connu ces livres;peut-être étaient-ils plus pour les filles.La couverture est très jolie,on a envie de l'ouvrir,rien que pour les illustrations(je parle du 1;j'ai eu des prix mais pas du tout le même style(j'ai réussi à les sauvegarder)

brigitte a dit…

Re-moi.Les illustrations des livres de ta maman sont jolis mais c'est vrai qu'ils suscitent une certaine nostalgie...je n'ai pas eu ce genre de livres,mais j'ai quelques cartes postales de mes grands-parents qui ont ce style;beaucoup de douceur:les couleurs,le choix des personnages(angéliques non?)et le papier(texture,couleur du temps passé...)

Anonyme a dit…

Je ne savais pas que ces livres, MES livres en somme, faisaient l'objet de tant d'attentions!!! C'était quelque chose, à l'époque,( 1957 ou 1958 ) que de monter sur l'estrade pour recevoir ses prix, et devant tout un pensionnat réuni dans la salle des fêtes...je n'ai jamais eu autant la trouille de trébucher qu'en ces jours-là...c'est peut-être de là que me vient ma phobie de parler en public ou de faire du théâtre!!!